• Qu'est-ce que la dysphorie du genre ?

    Hellooow~

    Aujourd'hui, nous allons parler de la dysphorie liée au genre.

     

    Alors premièrement, quelle est-elle ?

    La dysphorie liée au genre est un profond sentiment de malêtre concernant le genre assigné à la naissance. Une personne dysphorique ressent aussi ce malêtre vis-à-vis de son corps. Par exemple, une personne assignée fille à la naissance pourra se sentir mal à l'aise par rapport à sa poitrine, et avoir l'impression que cela ne lui appartient pas, que ça ne devrait pas être là.

     

    Concrètement, ça fait quoi d'être dysphorique ?

    Alors là, je vais vous parler uniquement en utilisant mon ressenti personnel, je ne peux pas parler à la place de qui que ce soit d'autre, alors je vais tenter de vous expliquer le mieux possible ce que je ressens.
    Tout d'abord, il faut savoir que je ne suis pas tout le temps dysphorique. J'ai des périodes où je le suis énormément, et d'autres pas du tout. En ce moment, je le suis convenablement disons... Alors je vais vous expliquer ce que je ressens.
    Déjà, ma tête. Maintenant je l'accepte mieux, mais il y a eu une période où je ne l'aimais pas du tout. Pas dans le sens où je ne me trouvais pas beau... Mais dans le sens où mon visage n'était pas assez masculin à mon goût. Et aujourd'hui, même si je me sens mieux par rapport à mon visage, il y a certaines choses que je n'arrive pas à faire sans me sentir mal à l'aise. Le pire pour moi je pense est le maquillage. J'en mettais encore de temps en temps il y a quelques mois, mais maintenant je ne supporte plus du tout. Mais cela ne veut pas dire que je n'en mettrai plus jamais, si un jour je ressens moins voir plus du tout de dysphorie vis-à-vis du maquillage et que j'ai envie d'en mettre, je le ferai. Ensuite, les boucles d'oreilles. J'en mets encore, même si ce n'est que rarement, mais jamais de trop "féminines". Car comme pour le maquillage, si j'en porte, j'ai l'impression que tout le monde me regarde... Et me voit en tant que fille. Et quand on est trans, il n'y a rien de pire que d'être vu comme le genre qu'on nous a assigné à la naissance, et qu'on essaie donc de fuir...
    Ensuite, les cheveux... Ah les cheveux, quel problème! Je n'ai jamais l'impression que ma coupe ou coiffure fasse assez masculine! Résultat, je me recoiffe très souvent pour vérifier que je n'ai pas l'air trop féminin...
    On passe ensuite à la poitrine... Et là, ça devient encore pire. C'est à cet endroit que j'ai le plus de dysphorie... En effet, comme j'en parlais plus haut, je n'ai pas l'impression que ça m'appartienne. Quand je me regarde dans un miroir par exemple, j'ai l'impression que ça n'est pas du tout supposé être sur mon corps. Je me sens très mal quand je me rappelle que j'ai de la poitrine... Alors j'essaie souvent de la cacher avec des vêtements les moins féminins et les plus larges possibles, mais malheureusement ça ne marche pas complètement.
    Pour le reste du corps franchement, je n'ai pas de dysphorie. J'en ai eu à une certaine époque par rapport à... "En bas", car je m'identifiais en tant que trans ftm (soit en tant que garçon trans), j'avais l'impression qu'il manquait quelque chose à cet endroit si vous voyez ce que je veux dire... Mais cela n'a jamais été très loin. Je n'ai jamais complètement rejeté mon corps, ni en ai été dégoûté, comme peuvent l'être beaucoup de personnes transgenres.

     

    Mais qui peut ressentir de la dysphorie du genre ?

    Toute personne trans peut en ressentir. Que ce soit par rapport à n'importe quelle partie de son corps. Cela peut être juste un tout petit détail comme ses yeux, et ça peut être le corps entier, selon l'importance de la dysphorie de la personne.

     

    Alors... Je suis obligé d'en avoir pour être transgenre ?

    Non, absolument pas ! Même si certaines personnes pensent qu'il est nécessaire d'en ressentir pour être trans, je ne pense personnellement pas que ce soit le cas. On peut très bien être trans car on ne s'identifie pas au genre assigné à la naissance, sans avoir envie de changer quoi que ce soit sur son corps. Certaines personnes acceptent très bien la façon dont elles sont ! Par exemple, certaines personnes assignées garçon à la naissance et ayant de la barbe peuvent la laisser pousser, tout en s'identifiant en tant que fille. Pourquoi ? Eh bien parce que ces personnes disent qu'elles sont des filles quoi qu'il arrive, et que donc tout ce qui est sur leur corps fait partie du corps d'une fille. Donc pour elles, leur barbe est une barbe de fille, et elles vivent très bien avec!

     

    Et comment me sentir moins dysphorique ?

    Simplement en faisant tout ce qui vous permet de mieux vous sentir dans votre corps. Ca paraît bête et évident, je sais, mais il faut juste vous écouter. Écoutez ce que votre corps vous demande pour bien vous sentir. Si vous ressentez le besoin de vous habiller d'une certaine manière, faites-le. Ou d'arrêter/commencer à mettre du maquillage, ne vous en privez pas. Il existe plein de petites astuces qui permettent de retirer un peu de dysphorie... Mais en réalité, le mieux est que chacun découvre ce qui lui correspond. Je ferai certainement des articles sur les solutions les plus communes comme les binders etc, mais je ne pourrai pas vous dire personnellement ce qui vous enlèvera votre dysphorie, car chacun a une manière différente!

     

    Voilà, je crois que c'est tout, mais comme toujours, si vous voyez quelque chose à rajouter dites-le en commentaires! Et également si vous avez d'autres idées d'articles ou des questions, n'hésitez pas!
    Et on se retrouve très vite pour d'autres articles LGBTQ+, en attendant merci d'avoir lu, et n'hésitez pas à regarder les autres articles!

     Elliucyla (Kai) 

    « Ni une fille, ni un garçon ?Transgenre, transsexuel, travesti ? »
    Pin It

  • Commentaires

    1
    Vendredi 18 Août à 17:39

    Est ce qu'on peut être dysphorique d'une partie de son corps sans être trans ? Pas dans le genre "ah mais mes fesses sont trop grosses" mais plutôt se dire que notre poitrine va pas du tout avec notre corps, que c'est gênant et chiant ect... Je sais pas vraiment si on peut appeler ça de la dysphorie du coup mais bon

      • Vendredi 18 Août à 18:13

        Je me permets de répondre, mais ce n'est qu'une supposition. On appelle ça "dysphorie du genre" parce que c'est lié au fait de se sentir mal par rapport au sexe (assigné à la naissance).  Or la dysphorie tout court, c'est un peu un synonyme de la déprime. Du coup je dirais que c'est plutôt une sorte de complexe.

      • Vendredi 18 Août à 19:24

        Ouais je dirais comme Mrs Robinson, la dysphorie tout court c'est plutôt proche de la dépression, et malheureusement je crois pas qu'il y ait vraiment de mot correspondant à ce que tu dis...

    2
    Vendredi 18 Août à 18:09

    Je trouve ça... assez intéressant. Dans le sens où je pense ne pas être femme, sans savoir non plus ce que je suis, et sans complexer particulièrement sur mon corps qui lui est plutôt féminin. (Du coup je suis dysphorique tout court haha, pas dysphorique du genre.)

    Bon j'avoue que j'aimerais tellement être plus moi, plus masculine en somme, mais il y a des choses qui me freinent. A commencer par deux éducations : celle que m'ont donnée mes parents et les gens que j'ai admirés (je me suis révoltée contre certains profs, j'en ai adulés d'autres, et parfois j'ai plus appris par des personnes autres). Cette éducation n'était pas particulièrement tolérante concernant le genre : on a celui qui nous est attribué à la naissance, point. Quant à l'éducation que je me suis donnée seule... J'ai construit trop de choses en me considérant femme pour les détruire sans regret. J'ai peur. J'ai l'impression qu'il faudrait repartir de zéro, c'est à la fois effrayant et écrasant. Je sais si peu, et quoi ? Il faudrait déjà abandonner ? D'autre part, j'ai déjà trop peur du regard de l'autre pour rajouter en pression. Je suis déjà suffisamment atypique pour être une bête de foire, alors en rajoutant un genre différent... Je ne sais plus, je ne sais rien. J'attends la rentrée pour parler avec ma nouvelle psy, comme si tout allait s'éclairer d'un coup.

      • Vendredi 18 Août à 19:31

        J'ai été comme toi pendant longtemps, avant de savoir qu'on pouvait être transgenre je savais que je n'étais pas fait pour être une fille, mais je savais pas non plus ce que je serais alors, et du coup je complexais pas non plus.

        Et je te comprends, c'est vrai que ça fait peur au début de se dire qu'on va "changer d'identité", et du coup de tout devoir reprendre à zéro... Et le regard des autres n'est pas forcément très facile non plus. Mais bon, j'ai toujours été très différent des autres alors leur regard... J'en ai plus rien à faire. J'ai tellement été habitué à ce qu'on me trouve bizarre que maintenant ça ne me fait plus rien. C'est pour ça que j'ai quand même décidé de m'identifier en tant que trans non-binaire et de faire mon coming-out aux personnes en qui j'aurai confiance à la rentrée. Parce que même si tout ça est difficile, ça fait vraiment du bien d'enfin pouvoir être soi et d'assumer son identité!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :